L'idée

Publié le par Clemz

Mais où s’en va-t-on déclara le ministre de la connerie responsable en relevant sa braguette qu’il tenait ouverte afin de se protéger contre les envahisseurs. C’est ainsi que depuis des temps innommables tous les ministres de la supériorité intérieur vont et viennent en se tenant la main, mais n’ayez crainte bonnes gens, point de chansonnettes et de bonne humeur. Tous et chacun, la morve au nez sous de faux airs d’impérialisme obsédant font un peu dans le pétantisme saugrenu, mais toujours en se gardant bien de démonter leur bon vouloir à vouloir bien faire!

Assis sur le coude droit de son éminente grandeur, le bon ministre s’amusait à cracher sa haine sur les gens d’en bas. Que faire de ce ramassis de chômeurs et autres assistés sociaux de tout acabit? Alors l’idée naquit, en un instant de souffrance bien réelle, il faut dire que de chaque idée qui poussait dans sa boîte de tôle en forme la tête, une douleur atroce poursuivait cette dernière, voilà pourquoi, notre bon premier n’en voulait pas trop. Mais bon, que voulez-vous, à chacun ses malheurs, et l’idée pris forme sous un hoquet interminable qui secouait le ministre de tout son être.

Le majord’homme qui passait par là et qui observait la scène du coin de son œil, vit le ministre cracher cette vilaine boule de poils sombre. Ne reculant devant rien, le, il, lui le majord’homme agita son corps graisseux afin de mettre main basse sur le divin vomi de m. ministre, enfin il pourrait trouver un refuge chaud et douillet pour s’endormir jusqu’au prochain changement de gouvernement. Mais l’idée elle, qu’est-elle devenue cette idée brillante? Eh bien rien, nada, sweet fuck all, partie avec ses petites ailes toutes frêles. Voilà voilà qui est bien intéressant se dit le ministre.

C’est ainsi qu’il retourna bien gentiment prendre la tété de quatre heure car son ventre gargouillait criant famine et révolution.

Publié dans oto-libera

Commenter cet article