I lost myself

Publié le par Clemz

Eh oui, perdu ben loin. Loin de la création. Ce soir c'est soir de blues, de vide, de rien du tout. Tant qu'à déprimer tout seul sur ma chaise j'ai donc décidé de me mettre au clavier. Voilà, l'école est terminée et j'ai le cafard, plus rien à créer, plus de projets, plus d'idées... Je regarde ce que j'ai fais et toute cette énergie créatrice me manque. J'aurais envie de reculer de 12 ans en arrière tout en ayant le bagage que j'ai aujourd'hui pour essayer d'autre chose, essayer quelque chose d'adolescent, oui, l'adolescence, l'époque où tu écoutes du Slayer pis que tu t'en câlisse, l'époque où que tu dors pas de la nuit pis que t'es pas KO le lendemain, l'époque où la vie est intense pis que toute t'enrage... Aujourd'hui, la trentaine, la bédaine comme le dis si bien la chanson de j'sais pu qui. Ouin, ben assis à m'lamenter sur la vie qui fuit mes poches percées, j'la cours à terre comme une poignée de dix cennes que t'échappe en avant d'la caisse, une poignée d'change qui t'glisse entre les mains. On vieillit comme dirait mon pote, ben oui, on vieillit, on veut s'ranger mais on sait pu trop, on arrête de fumer parce que c'est pas beau pis ça pue, on mange mieux parce qu'on veut s'étirer ça le plus longtemps possible... Ce soir c'est la crise, la crise de la trentaine, la crise existentiel, on s'en fout, tout l'monde s'en fout anyway. Bon, j'vais arrêter l'écriture là parce qu'yé tard pis y faut que j'me couche, ben oui sinon j'vais être fucké demain!

Publié dans Réflexions

Commenter cet article